Alter Egales
Le réseau mixité
du groupe Caisse des Dépôts

« Être une femme au sein d’un collectif, d’un Directoire, implique d’oser ! » #Interview de Clotilde Levillain #RTE

Clotilde Levillain, membre du Directoire de RTE et Directrice Générale du Pôle Clients, Conception & Opérations des Systèmes de RTE

Clotilde Levillain, membre du Directoire de RTE et Directrice Générale du Pôle Clients, Conception & Opérations des Systèmes de RTE, accorde à Alter Egales une première interview inspirante et engageante pour la mixité. Elle témoigne notamment de son parcours de femme ingénieure et de son rôle hautement stratégique au sein d’une entreprise du secteur de l’énergie, pleinement orientée sur l’égalité femmes-hommes. Son conseil ? « Mesdames et messieurs, osez, écoutez, avancez et faites-vous plaisir ! »

Clotilde Levillain, votre parcours se construit dans le domaine de l’énergie, plus précisément celui de l’électricité, depuis trois décennies. Tout d’abord auprès du groupe EDF – Electricité de France. Puis auprès de RTE, Réseau de Transport d’Electricité, entreprise de service public, dont la mission fondamentale est d’assurer, partout en France et à tout instant, un accès économique, sûr et durable à l’électricité, et notamment pour cela d’être un acteur de la réussite de la transition énergétique. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre fonction actuelle : Membre du Directoire et Directrice Générale du Pôle Clients, Conception & Opération des Systèmes ?


Bonjour Alter Egales ! Je vous remercie pour l’opportunité donnée de témoigner sur ces sujets et spécialement à Virginie Chapron du Jeu, présidente du réseau.
En tant que membre du Directoire de RTE, mon rôle est double : dirigeante et mandataire social. C’est un Directoire mixte : 3 femmes et 2 hommes. Nous établissons la stratégie de RTE et son projet d’actions sur le long terme, toujours en faveur de la transition écologique et de la neutralité carbone de la France, immergée dans l’Union européenne. A chaque seconde, nous veillons à la bonne circulation des électrons sur nos lignes, qui sont les autoroutes et les routes nationales de l’électricité et qui relient les territoires en France continentale ainsi qu’avec nos voisins. Nous préparons tout cela en amont du temps réel.
Nous éclairons aussi les pouvoirs publics, parfois plusieurs décennies en avance sur les enjeux et les options de politiques publiques dans notre domaine.
En tant que Directrice du Pôle Clients, Conception & Opération des Systèmes, mon rôle est de piloter la performance au service des clients et de faire en sorte que le courant électrique circule à chaque instant, aujourd’hui et dans les années à venir. Une position hautement stratégique.
Entre autres, je rencontre et écoute aussi les parties prenantes (institutions, régulateur, autres gestionnaires de réseaux…) et les clients de RTE (consommateurs industriels, distributeurs, producteurs et acteurs de marché).
Outre l’écoute, la prise de décision, mon rôle consiste à entrainer et à donner le sens de notre action et des enjeux. Être auprès de nos collaborateurs, des gestionnaires de réseaux en France et vis-à-vis de nos homologues européens.
Mon poste comporte une part d’adrénaline liée à l’opérationnel. Lors des pics de froid ou en cas d’incident sur le réseau avec parfois des coupures massives d’électricité, il s’agit de réagir rapidement, de coordonner les opérations techniques en conséquence et de déployer une communication de crise.

Être une femme dirigeante, membre d’un Directoire, au sein d’une entreprise du secteur de l’énergie, de renommée mondiale, quelles qualités essentielles faut-il détenir pour y exercer ? Quelle posture adopter ?


En premier lieu, je pense qu’il faut être à l’écoute de l’environnement, comprendre le besoin de notre interlocuteur et proposer des solutions innovantes !
Être une femme au sein d’un collectif, d’un Directoire implique d’oser. Dans le temps donné d’un projet et face à un objectif, il faut avoir le courage de tester et de décider.
Pour moi, il est important d’écouter et de se sentir écoutée dans un collectif. Partager les idées entre mes pairs ou entre collègues est l’énergie qui me fait avancer. J’évolue en phase avec mes valeurs : contribuer à une mission de service public, bâtir et porter des projets, au profit d’une action qui s’inscrit à l’échelle de l’Union Européenne.

La mixité. Comment résonne-t-elle au sein de RTE ? Des accords ont-ils été mis en place ? Quelles sont les priorités de l’entreprise pour favoriser l’égalité femmes-hommes ?


L’égalité professionnelle et la mixité sont deux enjeux importants pour RTE. Ceux-ci sont d’autant plus vifs pour les entreprises qui accueillent en majorité des métiers techniques et physiques.
Bien que le taux de féminisation progresse à 22,6% en 2020 (sur les effectifs statutaires), de nombreux progrès restent à faire. Pour cela, RTE s’engage et met en place des actions à travers trois leviers.
Premièrement, une dynamique de féminisation des recrutements : 26% en 2020. Deuxièmement, depuis 2004, RTE dispose d’un accord « Egalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes », qui comporte cinq thématiques :

  • la prévention et la lutte contre toute forme de violences sexistes et sexuelles au travail et l’accompagnement des salariés victimes de violences conjugales ou intrafamiliales
  • l’évolution des mentalités à tous les niveaux de l’entreprise et la prise en compte de la parentalité tout au long de la carrière
  • l’égalité salariale
  • le développement de la mixité des emplois et des métiers et le déroulement des carrières. Troisièmement, nous nous engageons dans des réseaux et associations en faveur de l’insertion professionnelle des femmes, tels que « Elles bougent » ou « Femmes ingénieures ». RTE sensibilise aussi les futures recrues, au travers d’actions dans les collèges, les lycées et les écoles de l’enseignement supérieur. Il faut promouvoir la diversité de nos métiers, expliquer qu’ils ne sont pas genrés et qu’ils sont tous passionnants. Nous privilégions également les parcours croisés, comme par exemple des métiers tertiaires vers des métiers techniques. Au-delà des compétences, c’est la motivation du collaborateur ou de la collaboratrice qui importe surtout. A titre individuel, je veille à diversifier les recrutements et à composer des équipes mixtes. Je suis convaincue qu’il est nécessaire et important d’encourager les femmes à candidater sur des postes à responsabilité et ce jusqu’au plus haut niveau. Enfin, je suis contre tout acte de sexisme ordinaire au travail. Je suis convaincue qu’il faut changer les regards, transformer les habitudes, enrichir la vision et l’esprit d’équipe et dépasser les stéréotypes.

Au quotidien, accordez-vous une attention particulière à la promotion de cette égalité ? Notamment au niveau des recrutements, des nominations et des promotions ? Quels seraient les obstacles, internes ou externes à votre souhait d’équipes mixtes ?


Le premier obstacle se situe au niveau des viviers : qu’ils ne soient pas constitués et/ou pas suffisants. En particulier au sein de RTE, car nous sommes sur des métiers techniques.
Deuxièmement, l’obstacle de l’inconscient : on reproduit un modèle et ce que la société attend de nous.
La solution est de croiser les approches, les expériences et les enjeux. Concrètement faire cohabiter des parcours divers, représentatifs de tous les métiers de RTE. Il faut porter un regard nouveau sur les compétences et ne pas les stéréotyper.

A la fin des années 80, vous avez été diplômée de Polytechnique, alors que le ratio était uniquement de 10%. Aujourd’hui, il avoisine 20%. Quel regard portez-vous sur cet écart ? Quels conseils donneriez-vous pour inspirer les jeunes filles et femmes à s’orienter vers les écoles et formations aux métiers de l’ingénierie ?

Je note une belle progression ! Mais il ne faut pas s’arrêter là ! Les femmes doivent monter en puissance sur les métiers techniques et scientifiques, ainsi que sur des postes à responsabilité.
Au sein de RTE, les activités ne sont pas cloisonnées. Au-delà du transport de la puissance électrique, nous sommes face à un défi de numérisation des fonctions du réseau. Grâce au digital, les forces du réseau sont accrues.
Il s’agit donc d’être curieux, de suivre ses envies, de croiser les regards et ne pas s’arrêter à la première impression.

RTE est une entreprise responsable et engagée. Pourriez-vous nous exposer vos actions en faveur de la transition écologique et énergétique ? Cap sur la neutralité carbone ?


RTE a trois grands rôles au regard de sa mission de service public qui est d’irriguer et de permettre la diffusion de l’électricité dans les territoires.
Premièrement, en amont, dans le temps long, RTE a un rôle d’éclaireur en matière de politiques publiques, du gouvernement et des collectivités territoriales, avec une vision prospective sur la consommation, la production et donc la sécurité d’approvisionnement. Un exemple concret : les équipes de RTE travaillent actuellement à une vision de ces aspects à l’horizon 2050.
Deuxièmement, un rôle d’optimiseur, grâce au numérique et à la puissance électrique. Le réseau évolue et doit évoluer pour être au rendez-vous des changements à venir, en premier lieu la transition énergétique ! Par exemple, le numérique permet de mesurer en temps réel les activités et les mouvements sur le réseau d’électricité et ainsi de l’utiliser au mieux de ses capacités : prendre en compte la force du vent, la température et l’activité économique, permet de mieux prévoir et anticiper le trajet des électrons.
Enfin, RTE a un rôle d’opérateur jusqu’au temps réel. A chaque seconde, il faut que le courant passe ! Nous surveillons l’équilibre entre production et consommation et agissons en temps réel ; nous alertons également en cas de risque de manque d’énergie. A ce jeu d’équilibrage entre la production et la consommation, nos opérateurs ajoutent un tour de force supplémentaire : ils s’assurent que les flux se répartissent sur le réseau sans créer de « bouchons » : RTE, c’est un peu le « Bison Futé » de l’électricité ! Ce rôle d’opérateur concerne également l’ensemble des activités industrielles et tertiaires

Alter Egales, le réseau mixité du groupe Caisse des Dépôts, soufflera ses 10 bougies le 25 novembre prochain. Quels seraient vos souhaits pour ce réseau et la mixité ? Appelez-vous à un réseau de mixité au sein de RTE ?


Les réflexions ont débuté sur la constitution d’un réseau de mixité propre à RTE. Mon souhait est que celui-ci se connecte avec des associations et des réseaux féminins et mixtes existants et tire profit de leurs expériences. En échangeant avec Alter Egales, je suis convaincue que de belles idées émergeront, car les réalisations menées depuis 10 ans nous inspirent.
J’espère que nous pourrons notamment promouvoir ensemble des parcours de femmes rôles modèles.

Question bonus : Ce qui vous inspire chaque matin ?


Me sentir utile ; mettre à disposition mes compétences ; servir la collectivité et apporter du positif autour de moi. Et en fin de journée, avoir la satisfaction d’avoir osé et de constater que les projets ont avancé, voire réussi à 100% ! Mon inspiration se fonde sur deux dimensions : le PROJET et le COLLECTIF

Le mot de la fin ?

Je suis fière de travailler à RTE, entreprise clé de la transition énergétique, au sein d’une équipe mixte et de collaborateurs, femmes et hommes, de grandes qualités. Je suis fière également des personnes que j’ai rencontrées et qui m’ont fait confiance. Et bien sûr des résultats obtenus avec les équipes !
Mesdames et messieurs, osez, écoutez, avancez et faites-vous plaisir !

© Alter Egales – Caisse des Dépôts 2021