Alter Egales
Le réseau mixité
du groupe Caisse des Dépôts

L’équilibre des temps de vie : l’affaire de toutes et de tous

Désormais un véritable levier d’égalité professionnelle, la conciliation des temps de vie a longtemps été considérée comme une problématique exclusivement féminine. Or, c’est une question qui concerne tout autant les hommes et qui dépasse largement les enjeux de parentalité - d’ailleurs mis à l’épreuve de nouveaux modèles familiaux. Tout comme la quête de sens, la conciliation des temps de vie est devenue une préoccupation majeure pour les nouvelles générations.

D’une “affaire de femmes” à un levier d’égalité femmes-hommes

Il est important de noter que si ce sujet a longtemps été considéré comme “une affaire de femmes” c’est parce que les femmes assument la plus grande partie du travail domestique.

Bien que les choses aient évolué et que la part du travail domestique réalisé par les femmes dans un couple hétérosexuel ait diminué, notamment grâce aux évolutions technologiques, il demeure encore à 72%. Et au delà de cette répartition, c’est de charge mentale ménagère dont il est aussi question. Ce principe sociologique introduit par Monique Hairault en 1984 est “la charge cognitive, invisible, que représente l’organisation de tout ce qui se situe dans la sphère domestique : tâches ménagères, rendez-vous, achats, soins aux enfants, etc.” . L’illustratrice Emma vulgarise cette notion dans sa bande dessinée “Fallait demander” (en libre accès).

Ce cumul est l’une des causes des inégalités qui perdurent entre les femmes et les hommes dans la sphère professionnelle et qui a emmené les entreprises à penser à différents dispositifs pour faire de l’égalité femmes-hommes une réalité.

L’exemple du télétravail, le piège d’une opportunité.

Le télétravail, bien que positif sur de nombreux points : flexibilité, gain de temps, motivation, a aussi ses vices et l’essor d’espaces de travail collaboratifs en témoigne : dissocier (géographiquement) ses temps de vie est important.

Il peut entraîner une porosité excessive entre deux espaces que l’on souhaite distincts. La loi sur le “droit à la déconnexion” en est la preuve, le digital brouille toute frontière et il nous met face à des limites que l’on se doit de poser nous mêmes. Si l’on pense souvent au fait que notre vie privée n’a pas à être envahie par le travail, l’inverse est aussi une réalité.

En effet, si la pause de 15h n’est pas pour s’aérer l’esprit mais pour mettre en route une machine à laver, le télétravail semble plutôt faire reculer ce qui était pourtant considéré comme un progrès.

La conciliation des temps de vie : un enjeu pour les hommes

En réalité, renforcer le rôle des femmes dans la sphère professionnelle va de paire avec le renforcement de celui des hommes dans la sphère domestique.

Un héritage patriarcal, empreint de stéréotypes, a érigé une pression sociale empêchant les hommes de s’autoriser un temps partiel, un télétravail, ou autre dispositif mis en place pour concilier parentalité et emploi. Comme le montre une étude réalisée en 2018 par l’ORSE, les hommes sont moins satisfaits qu’il n’y paraît. Moins de la moitié des hommes interrogés sont satisfaits du temps consacré à la famille mais 25% d’entre eux estiment que prendre un congé pour enfant malade aurait des conséquences négatives sur leur carrière.

Cette appréhension quant à la perception des autres vis-à-vis de leur paternité et la crainte de potentielles conséquences professionnelles témoigne de l’importance pour les entreprises d’encourager les hommes à user de ces dispositifs en les déculpabilisant.

Au delà de la parentalité, une préoccupation majeure pour la nouvelle génération

En arrivant dans le top 3 d’une liste de 23 propositions destinées à améliorer la satisfaction au travail (YouGov, 2018), l’attention portée à l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle va bien au delà de la parentalité. Et c’est la nouvelle génération qui tire la sonnette d’alarme en portant une attention particulière à la préservation de l’équilibre vie personnelle/privée/sociale.

En effet, la nouvelle génération rompt avec les codes de l’entreprise hérités des 30 Glorieuses. Privilégiant l’accomplissement à la réussite, elle souhaite pouvoir concilier vie professionnelle et vie personnelle sans que l’une ne pâtisse de l’autre. Et pour cela, elle souhaite être accompagnée : “On aurait pû penser que la nouvelle génération, née avec Internet et les nouvelles technologies, aurait mieux su gérer la séparation entre vie professionnelle et vie privée. Or, il semble qu’elle attende tout de même que soient définis des cadres qui lui permettent de préserver chacune.” affirme le sociologue Arnaud Vallin.

La conciliation des temps de vie est un levier pour l’égalité femmes-hommes mais aussi pour la rétention des jeunes talents. Il est ainsi plus que nécessaire de mettre tout en oeuvre pour qu’elle soit appliquée.

© Alter Egales – Caisse des Dépôts 2019