Alter Egales
Le réseau mixité
du groupe Caisse des Dépôts

Les femmes visent le sommet de la tech

Les entrepreneures étaient à l’honneur de la Lady Pitch Night 2015.

Elles viennent d’Estonie, de Hongrie, de France… Elles ambitionnent de révolutionner la domotique, la mobilité interne dans l’entreprise ou le marché de l’e-publication. Dix femmes, cofondatrices et très souvent CEO de leur start-up, ont présenté mercredi leurs projets dans les locaux de la Banque publique d’investissement à Paris, à l’occasion de la Lady Pitch Night organisée par Girls in Tech.

Cette association internationale à but non lucratif, fondée en 2007 à San Francisco et dont la branche française a ouvert en 2010, valorise les parcours des femmes, encore « sous-représentées » dans l’économie numérique, comme l’a souligné la secrétaire d’Etat chargée du Numérique, Axelle Lemaire, lors de cette soirée.

Seule une création d’entreprise innovante sur dix est pilotée par une femme en France,
selon une étude de Bpifrance, portant sur la période 1998-2007, avec 5.500 entreprises analysées.

La Lady Pitch Night de cette année a offert aux dix finalistes des tickets d’entrée pour six grandes conférences tech, ainsi que des « espaces démo » pour la lauréate, Jaclyne Clarke. Avec Findify, la Suédoise propose aux entreprises une solution pour améliorer la recherche en ligne des internautes en utilisant le Big Data. « Lorsque j’ai lancé Findify, il y a deux ans, j’ai réalisé tout d’un coup que j’étais la seule femme dans les conférences ou les hackatons », se remémore celle qui a été élevée dans l’égalité femme-homme et qui ne s’est « jamais sentie différente des garçons ». « C’est là que des réseaux comme Girls in Tech sont utiles. Avec ces neuf autres femmes, on s’encourage.C’est de l’“empowerment” », affirme-t-elle. « Etre entourée de femmes chefs d’entreprise, avoir des modèles, aide à se projeter », confirme Audrey Soussan, codirectrice de l’association à Paris. Même si, à Girls in Tech,on ne vise pas le « 100 % féminin », souligne Mounia Rkha, cofondatrice de la branche française. « On veut de la diversité : c’est cela qui fait la mayonnaise dans les meilleures boîtes. »

[ Article écrit par Laura Fernandez Rodriguez pour Les Echos ]

© Alter Egales – Caisse des Dépôts 2019